Les discussions sur les photos

Page : 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 [ 13 ] 14 15 16 17

Arnaud Saudax le 2012-10-25


Il s'agit du "Pont Neuf" de Soissons. Pour voir le même en couleur, quelques mois après :

 

http://www.culture.gouv.fr/public/mistral/memsmn_fr?ACTION=RETROUVER_TITLE&FIELD_7=SERIE&VALUE_7=Autochromes%20de%20la%20guerre%201914-1918%20ET%20Aisne&GRP=4&SPEC=9&SYN=1&IMLY=&MAX1=1&MAX2=1&MAX3=50&REQ=%28%28Autochromes%20de%20la%20guerre%201914-1918%20ET%20Aisne%29%20%3aSERIE%20%29&DOM=All&USRNAME=nobody&USRPWD=4%24%2534P

Jacques Magendie le 2012-10-23


Quelques uns du 17ème devant un abris.

L'Autochrome mets en valeur les capotes bleu horizon et les pantalons garance qui vont si bien à un soldat...

Jacques Magendie le 2012-10-23


Le nom du lieu est malheureusement illisible.

Sur l'original, on peut voir les deux fils du téléphone qui reliaient ce poste d'observation au PC.

Jacques Magendie le 2012-10-23


C'est en wagon à bestiaux que les soldats alliés (sans doute des Écossais pour être en kilt et bandes molletières) sont venus nous prêter main-forte...

Jacques Magendie le 2012-10-23


La première tombe est celle de Semel Jules, de l'ambulance 7/20.

Semel Jules Georges, soldat de 2ème classe à la 23ème section d'Infirmiers Militaires, mort pour la France le 28 mai 1917 à l'ambulance 5/20 à Longueval (Aisne).

La seconde tombe est celle de Villaume Adrien, de l'ambulance 3/20.

Ce malheureux semble victime d'une confusion sur le site "mémoire des hommes".

Jacques Magendie le 2012-10-23


La première tombe est celle d'Ahmed Ben Ali.

Parmi les 57 Ahmed Ben Ali morts pour la France, celui ci doit être du 1er Bataillon de Tirailleurs Marocains, mort pour la France le 5 mai 1915 à la tranchée de Calonne (Meuse); (Ré-inhumé au cimetière de Trésauvaux, tombe 577.)

Jacques Magendie le 2012-10-23


Probablement une remise de décorations un peu en arrière du front, pour des troupes dont les rangs sont bien clairsemés. Le Drapeau est au centre.

Arnaud Saudax le 2012-10-14


Cette photo a été prise en fait le même jour que la 96, mais sous un autre angle de vue. Bibi les a séparées dans son album, et il m'avait semblé que le dôme en ardoise avait été refait...

Guy François le 2012-10-13


Bonjour,

Il s'agit d'un obusier de 400 mm modèle 1915 Saint-Chamond, affût immatriculé P 5013, tube "Lorraine".

Ce n'est pas à proprement parler un "train blindé" mais un matériel d'Artillerie Lourde sur Voie Ferrée (A.L.V.F.).

Cordialement,

G.F.

Arnaud Saudax le 2012-10-13



Quelques tombes provisoires, sans doute près d'un hôpital de campagne.
Sur la tombe centrale, on peut lire : Boucher Pierre Soldat - Au 298è d'infanterie 13è compagnie - Mort pour le France le 29 juillet 1917.
De juin à août 1917, le 298 est près de Verdun : Mort-Homme, Croix de Fontenoy, bois Bourru, bois Bouchet.
Une tombe d'un adjudant d'artillerie, celle d'un Roux, celle d'un Plat, tous Morts pour la France.


Boucher Pierre Antoine (Soldat) - 298 Régiment d'Infanterie

Matricule 11065 / 594 VienneClasse 1916 ( le 10/4/1896 - Isère)

Mort pour la France le 29 juillet 1917

Ambulance 7/16 – 336 s. ps (?) 139 - Les Clairs Chênes

(Les Clairs Chênes était un camp de repos et un rassemblement d'ambulances, au sud de Jouy en Argonne.)



Pour la localisation, voir : http://pages14-18.mesdiscussions.net/pages1418/Sites-et-vestiges-de-la-Grande-Guerre/clairs-chenes-sujet_1577_1.htm

Arnaud Saudax le 2012-10-12


Après vérification sur le site :

http://www.memoiredeshommes.sga.defense.gouv.fr/spip.php?page=base_liste

il apparaît qu'aucun des seize noms présents sur cette plaque ne figure dans les listes de "Morts pour la France"... Cette plaque est donc bien un objet de démonstration.

Arnaud Saudax le 2012-10-12


Carte postale : J. Courcier, 8, rue Simpon-le-Franc. Paris – Visé Paris 22

Durant le conflit, l'édition de ces cartes postales devait recevoir un visa de la censure.

Arnaud Saudax le 2012-10-11


Il s'agit en fait d'une plaque de porcelaine émaillée.

Les décorations, identiques pour tous, semblent être dessinées et probablement reçues à titre posthume.

C'est le seul point commun entre tous ces poilus, ce qui me fait penser que cette plaque était probablement à destination de "réclame" pour un fabricant d'objets mortuaires.

Arnaud Saudax le 2012-10-10


La "roulante" était une invention de Latécoaire, qui se rendra plus célèbre par ses avions et hydravions. L'usine Latécoaire était alors à Bagnères de Bigorre et elle fut reprise par la société La Lorraine qui fabriquait de l'armement. Enfin, elle fut reprise par les établissement Dominique Soulé...

Jacques Lallouet le 2012-10-09


Il existe plusieurs communes pouvant correspondre à ce nom, dont :

- Courcelles-les Lens

- Courcelles-le-Comte

- Courcelles en wallonie