Au 15ème B.C.P. (1912-1913) par Arnaud Carobbi


Arnaud Carobbi, professeur d'histoire, est passionné par les photographies de la Première Guerre et par ce qu'elles peuvent raconter. Avec un incroyable sens de l'observation et de solides connaissances de l'époque, Arnaud extrait de chaque photographie de riches informations. Avec modestie, il ajoute que ce qu'il trouve dans chaque document est infime par rapport à ce que pourrait raconter la photo, si elle savait parler.

15e BCP, localisation inconnue.

La classique photographie de groupe n'a de « classique » que l'habitude qu'avaient les hommes de poser à plusieurs. Derrière cette apparente similitude entre les groupes, il y avait en fait une multitude de situations, de postures...

15° BCP
15e RI ou 15e BCP ?

La question avait déjà sa réponse grâce aux informations fournies par le propriétaire de la photo-carte. Pourtant, à y regarder de plus près, la réponse n'est pas si évidente. En effet, les marques de grades des chasseurs à pied sont cousus en pointe alors qu'ici ils sont du modèle standard de l'infanterie. Il n'y a en fait pas d'erreur d'identification : la capote des chasseurs ainsi que les grades cousus sur leurs manches étaient du même modèle que dans l'infanterie de ligne.
Qui plus est, les détails confirment l'appartenance au 15e BCP : le liseré jonquille le long du pantalon, comme sur le képi et le numéro sur les pattes de collet. Sur la capote du sergent, on perçoit, difficilement je l'admets, les boutons avec un cor de chasse, cor de chasse nettement plus visible sur la boucle de son ceinturon.

Détails
Nous avons donc bien un groupe de soldats du 15e BCP de Remiremont. Sont-ils à proximité de la caserne ou participent-ils à une manœuvre plus éloignée ? Impossible de le dire en l'absence de date précise. Les feuilles tombées au sol et le faible nombre de celles restant dans les arbres plaident pour l'automne. Vu le jeune âge de certaines recrues, peut-être fin octobre, début novembre alors que la nouvelle classe vient d'arriver ?

Sur cette photographie, on compte 39 hommes répartis de la manière suivante :
- 2 lieutenants
- 1 sergent major
- 1 sergent
- 3 caporaux
- 32 soldats

Il ne faut pas obligatoirement chercher dans ces groupes autre chose que l'attrait de poser devant le photographe pour des hommes issus des différentes unités se trouvant à proximité. Toutefois, ici, il semble qu'il y ait une logique : un caporal a sous ses ordres une escouade composée d'une dizaine d'hommes. Or, il y a 3 caporaux et 32 soldats. Nous serions donc devant une photographie regroupant trois escouades. Le sergent est probablement celui qui commande deux de ces escouades qui forment une demi-section. Tout cela reste évidemment hypothétique.

Les trois caporaux. Remarquez le barbouillage de ses galons pour celui de gauche : il n'y est pas allé de main morte avec la craie du photographe !

Caporaux
On peut imaginer que ces escouades forment une compagnie (avec d'autres hommes absents de l'image). De ce fait, un lieutenant présent doit en être le commandant mais comment l'identifier parmi les deux officiers visibles ?

Officiers

Je pense qu'il s'agit de celui de gauche. Le commandant de compagnie marche avec ses hommes. L'autre lieutenant, plus âgé, tient ses gants à la main et son sabre est toujours à la selle de son cheval. Autre détail significatif : ce second lieutenant porte des jambières de cavalerie. Muni de son porte-cartes, il dirige peut-être une marche comme il en était fait très régulièrement au cours de l'instruction des recrues. À moins qu'il ne s'agisse d'une pause au cours d'une manœuvre, ce qui expliquerait qu'il soit monté, ce qui n'est théoriquement pas le cas pour les lieutenants. Il a laissé sa monture à un soldat. S'agit-il de son ordonnance ?

Ordonnance

Des recrues du 15e BCP :

Les visages ne sont pas très âgés. Il ne s'agit pas de réservistes venus pour une période d'exercices, mais seulement de soldats de l'armée d'active.
Ces recrues portent la tenue n°3 reconnaissable à la pastille métallique présente sur les képis au-dessus du numéro du bataillon.

Recrues
On observe nettement sur ce cliché la différence entre les képis de la troupe et ceux, d'achat personnel, des sous-officiers et des officiers.

Achats personnels
Deux hommes aux fonctions particulières :

Deux hommes n'appartiennent pas aux escouades précédemment mentionnées. Il s'agit du sergent fourrier et du cycliste visibles à gauche de la photographie.

Fourrier et cycliste

Pour le sergent fourrier, il est facilement identifiable grâce à son galon en bas de la manche et celui en haut du bras. Le liseré au bas de sa manche indique qu'il est rengagé, comme son képi d'achat personnel. Mais ce qui est le plus remarquable est qu'au bout de son fusil est visible un fanion. Est-ce celui du bataillon ou celui de la compagnie ? Quand on compare ce qui est visible avec l'insigne visible sur la couverture de l'historique, il y a une grande similitude. Grande similitude ne voulant pas dire identique : la palme, si elle est présente sur le fanion, ne traverse pas le 15 et le cor. Le « 15 » est nettement plus fin. La vue en négatif avec la superposition de l'insigne n'a pour objectif que d'aider à localiser les éléments discernables, il ne s'agit pas de dire que le fanion ressemblait exactement à cela.

Insigne

Le second chasseur a un uniforme particulier, différent de tous les autres. Il s'agit d'un agent de liaison cycliste. À ne pas confondre avec un chasseur de la compagnie cycliste, unité de combattants utilisant le vélo pour ses déplacements. Elles ne furent créées qu'en 1913 et leurs vélos étaient des bicyclettes pliantes, ce qui n'est pas le cas du modèle visible.

En regardant de plus près...

Ces photographies de groupe sont l'occasion de voir comment les hommes posaient pour le photographe. On découvre aussi parfois des détails intéressants ou significatifs. Si on observe attentivement le lieutenant le plus âgé, on voit qu'il porte un brassard de deuil au bras gauche dont seul l'aspect ondulé est discernable (brassard noir sur uniforme noir) :

Brassard noir

Le caporal qui a abusé de la craie a deux insignes visibles sous le blanc : un insigne de télégraphiste et on devine juste en dessous un cor de chasse, signe qu'il est un bon tireur :

Caporal

L'homme ci-dessous est le seul dont l'alliance est visible. L'autre homme marié avec certitude du groupe est le lieutenant le plus âgé.

Alliance

Le suivant est le clairon : il est facile à reconnaître puisqu'il a son instrument. Son visage montre aussi qu'il faut être prudent quand on estime un âge : sa barbe le vieillit alors que le reste de ses traits montrent sa jeunesse. Dernier élément : ses cartouchières sont pleines. Pour les marches et les manœuvres, les hommes devaient y placer des plaques de plomb pour les alourdir et ainsi porter le poids de l'équipement de guerre. L'effet visuel est très différent des cartouchières bien plates souvent visibles avant-guerre.

Cartouchières

Les galeries de portraits que sont ces photographies de groupe nous montrent l'image que voulaient donner ces hommes d'eux-mêmes. Un exemple est donné par ce chasseur. La position de son képi et son sourire lui donne l'allure d'un « loustic » - surnom donné aux soldats amusant leurs camarades.
À moins qu'il ne s'agisse d'un moyen de donner l'image d'un soldat sûr de lui.

Loustic

Cette assurance affichée, on la retrouve sur plusieurs visages : dans ceux qui ne regardent pas le photographe, ce qui les différencie nettement des autres.

Regards
Ne pas sourire donne l'air plutôt teigneux, le képi en arrière l'air enjoué et décontracté, l'absence de moustache donne un impression de jeunesse ; mais l'étaient-ils vraiment ? Ces interprétations sont fort subjectives et s'éloignent de l'objectivité attendue du travail d'historien.

Dans d'autres cas, on observe sur les visages des caractéristiques physiques qui étaient probablement notées dans la fiche matricule : un menton à fossette ou un strabisme important.

Physiques
En guise de conclusion :
Même en l'absence de nom, de lieu, de date précise, une photographie n'en est pas moins intéressante et invite à la regarder avec un peu d'attention. Les déductions, les hypothèses viennent ensuite pour essayer de donner un peu de sens à ce que l'on voit, du plus général (quel est ce groupe ? ) au plus précis (quels sont les détails visibles ? ).
Reste une question essentielle pour l'étude de cette photographie : où est Pierre Lavignon ? Je ne suis pas assez physionomiste pour tenter une proposition. Son portrait en 1912 devrait pourtant aider, ainsi que sa fossette au menton bien visible. Il apparaît comme caporal en 1913, il est donc plus que probable que cette photographie ait été prise peu après son arrivée au 15e BCP. Reste à le prouver.

Remerciements :
Un grand merci à Sylvain Halgand qui a publié l'album de Pierre Lavignon sur son site « 1914-1918, une effroyable boucherie ». Il a pris contact avec le propriétaire et m'a autorisé à travailler sur cette photographie et sur deux autres, prises en septembre 1914.

Sources :
- LATOUR Jean-Claude (2013). « Août 1914. La compagnie d'infanterie », GBM 104, avril, mai, juin 2013, pages 9 à 20. L'article indispensable pour qui s'intéresse à l'organisation d'une compagnie d'infanterie en août 1914 et pendant les premiers mois du conflit.
- LATOUR Jean-Claude (2013). « Août 1914. Le bataillon d'infanterie », GBM 105, juillet, août, septembre 2013, pages 13 à 20. Complément tout aussi indispensable du précédent article.

- MIROUZE Laurent (2011), « Août 1914, l'uniforme du chasseur à pied », Les Dossiers Militaria, avril-juin 2011, n°9, pages 38 à 59.